Focus sur une tendance forte d’un marché éco-responsable !

Alors que le marché de la vente en vrac a longtemps été éclipsé par le format préemballé, il connaît aujourd’hui un essor remarquable, avec une croissance notable ces dernières années. En effet, le chiffre d’affaires du vrac a été multiplié par 12 en 6 ans, atteignant 1,2 milliards d’euros en 2019 et pourrait s’élever à 3 milliards d’euros en 2023​​.

Les principaux acteurs et produits du vrac

Les principaux lieux d’achat de produits en vrac comprennent la grande distribution, les magasins bio, les marchés et les épiceries spécialisées​​. Les produits les plus vendus en vrac sont les fruits oléagineux, les fruits secs, les céréales, les légumineuses, le sucre et la farine​​.

Impact environnemental et profil du consommateur

L’engouement pour le vrac est porté par une volonté de consommer de manière plus responsable, en réduisant notamment les emballages jetables. Plus de 4 consommateurs français sur 10 achètent des produits non-emballés au moins une fois par mois, et 62 % des Français souhaitent plus de produits en vrac​​. Les consommateurs de vrac sont variés, incluant des personnes vivant en zone rurale ou en ville, de tous âges et catégories socio-professionnelles​​.

Les raisons d’acheter en vrac et les freins

Les principales motivations pour l’achat en vrac sont la réduction des déchets d’emballage, la limitation du gaspillage en achetant la quantité appropriée, et le souhait de payer moins cher​​. Cependant, des freins existent, tels que l’organisation que cela implique, des préoccupations d’hygiène, la non-disponibilité de certains produits et le manque d’informations sur les produits vendus​​.

La réglementation et les défis à venir

La loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire a officiellement défini la vente en vrac en France. Toutefois, certains produits, pour des raisons de santé publique, ne peuvent être vendus en vrac​​. Les défis incluent également l’hygiène et la traçabilité, ainsi que l’obligation d’information des consommateurs malgré l’absence d’étiquettes directes sur les produits​​.

Bien que la demande pour le vrac soit en croissance, le modèle économique et le bilan environnemental restent à optimiser. De nombreuses grandes marques commencent à intégrer ce mode de distribution, mais il reste des défis en termes de conditionnement, logistique, sécurité sanitaire, et coûts​​.

Partagez cet article sur vos Réseaux !

D’autres Articles.

  • Les enjeux climatiques pour l’industrie agricole et agroalimentaire en France

    Cette publication de Carbone 4 vise à comprendre le rôle de l’agriculture et de l’agroalimentaire dans la transition climatique française, tant pour contribuer aux objectifs de la SNBC que pour gagner en résilience face à l’évolution du climat.

    31 Mai 2021
  • Notre biscuiterie Maison Le Goff lance une nouvelle gamme de produits locaux alliant tradition et innovation !

    Ces biscuits aux algues collectées en Finistère, font partie des nouvelles gammes lancées par Marie-Laure Jarry  et son équipe. Ce projet s'inscrit dans notre stratégie [...]

    2 Juil 2020
  • Les français vont ils consommer plus bio, local, responsable après la crise du coronavirus ?

    Selon le sondage OpinionWay pour Max Havelaar, près de 7 Français sur 10 (69%) estiment que cette crise est "l’illustration qu’il faut changer nos modes de consommation pour des produits plus responsables...

    7 Mai 2020